crédit immo sans apport

Comment obtenir un crédit immobilier sans apport ?

Pour certains projets immobiliers les achats sans apport, peuvent faire l’objet d’un investissement rentable. Il est parfois difficile pour certains emprunteurs, d’apporter suffisamment d’argent, à cause du manque d’épargne. Pour cela, nous pouvons trouver plusieurs banques qui acceptent de fournir un crédit immobilier à 110%, cependant, cela varie selon le profil de l’emprunteur. Voici donc les situations dans lesquelles nous pouvons bénéficier d’un crédit sans apport !

En quoi consiste un apport personnel ?

Pour bénéficier d’un prêt immobilier auprès d’un établissement financier, une somme est donc exigée par ce dernier afin que l’emprunteur investie dans son propre projet d’acquisition d’un bien immobilier. En général, cette somme peut être une épargne, une rente, ou une somme récupérée pendant la revente d’un bien.

Cela permet de faire baisser les allocations en admettant que le détenteur va procéder à la demande d’un crédit auprès d’un établissement bancaire. Elle couvre alors une partie des frais liés à plusieurs procédures qui intégrerons l’achat. Notamment, les frais de dossier, de notaire, ou alors l’honoraire de l’agence.

Généralement, les banques exigent aux demandeurs de payer les frais comme avances, mais il est également possible de réaliser une demande de prêt sans être obligé d’avoir cette somme au départ.

Par contre, si l’établissement financier décide de fournir un prêt sans apport à un emprunteur, le financement va être fixé à 110% selon la requête. Ainsi, la banque va donc établir un crédit à hauteur de 100% de la valeur du bien, et les 10 % ajoutés correspondent aux multiples frais éclairés ci-dessus.

Emprunter sans apport personnel, comment ça fonctionne ?

Il est possible dans certains établissement financiers et banques, d’envisager un prêt immobilier sans apport personnel. Cela dit, le crédit débloqué va ainsi être calculé sur la totalité du prix d’achat, ainsi que les frais annexes.

Pendant l’étude de dossier, la banque va s’intéresser à la stabilité de vos revenus, votre situation mais aussi la tenue de vos comptes bancaires et souvent votre apport qui fait l’objet d’une valeur sûre pour percevoir une partie du remboursement de l’investissement.

Bien que, il est toujours envisageable de tomber sur des banques nationales ou régionales qui s’engagent à financer la totalité de l’opération. Il est donc question d’emprunter 100% le prix d’achat, la somme comprend le montant de l’acquisition et les frais annexes. Seulement, ce type d’offre, n’est pas attribué à tous les acquéreurs.

En effet, malgré la facilité de certains organismes, certains paramètres sont devenus essentiels, à l’instar de :

  • L’âge;
  • une situation de stabilité;
  • la tenue des comptes;
  • le reste à vivre;
  • le taux d’endettement.

L’âge de l’emprunteur est un élément clef pour la conviction d’une organisme, les banques peuvent être indulgents pour les jeunes acquéreurs récemment entré dans la vie active, qui généralement ne peut pas se constituer de l’apport personnel. Par contre, si l’emprunteur est âgée de plus que 40 ans, l’organisme peut se montrer plus frileux dans ce cas. De plus, le fait de ne pas pouvoir se constituer de l’apport, ainsi la non justification d’une situation stable, durable, l’organisme prêteur aura du mal à vous accorder le crédit immobilier pour votre projet. L’étude de dossier va aussi comprendre les récentes opérations financières comme : les dépenses, les épargnes, les découverts… dans l’optique de garantir que vous maîtriser la gestion de votre budget.

Bien sûr, pendant l’étude une attention particulière serait orientée vers le taux d’endettement, puisque dans le cas où les emprunteurs n’arrivaient pas à se constituer de l’épargne, il serait difficile d’assumer les mensualités de prêt. Au même niveau d’importance, les banquiers vont étudier le reste à vivre et le saut de charge : c’est à dire, le déficit entre les charges récentes et celles à respecter suite à l’achat.