courtier

Quelle est l’utilité d’un courtier en crédit immobilier ?

Un allié de confiance, le courtier immobilier fait l’objet à la fois, d’un conseillé, ainsi qu’un négociateur pour l’emprunteur. Engager un courtier pour son prêt immobilier permet d’apporter plus et de gagner en matière de temps, en offrant une sécurité supplémentaire. Le rôle d’un courtier en immobilier est d’intervenir notamment dans toutes les démarches de l’achat.

Qu’est ce qu’un courtier en crédit immobilier ?

Le courtier en prêt immobilier est un canal qui relie les opérations de banque, et les services de paiement. Ce dernier est souvent sollicité afin de souscrire un crédit immobilier, dans le but d’un projet d’achat, de construction, de travaux lourds, ou alors d’investissement en location, dont le seuil dépasse les 75 000 euro. Appelé également IOBSP, le courtier en immobilier peut aussi être engagé pour aider l’emprunteur dans sa quête d’un crédit à la consommation, un rachat de crédit, voir aussi une assurance de prêt.

La profession de courtage se développe avec la progression des crédits immobiliers. Le courtier assume la responsabilité de trouver le meilleur taux d’intérêt ainsi que les meilleures propositions en s’appuyant sur son réseau de partenariat avec les banques.

En effet, le travail de courtage implique une relation permanente avec les établissement de crédit, afin d’être renseigné régulièrement sur les taux, les offres et les politiques de prêt. Cela permet au courtier de choisir les clients selon les caractéristiques de leur profil bancaire et leur projet, pour pouvoir négocier et mettre les meilleures conditions.

Les négociations d’un courtier peuvent offrir aux clients les meilleures offres du marché, qui adhèrent parfaitement à leurs situations, grâce à son savoir-faire et son réseau permettant ainsi de gagner beaucoup de temps et d’éviter à l’emprunteur de passer par toutes les banques.

Quelle est la rémunération d’un courtier immobilier ?

La rémunération du courtier varie selon le service proposé, en effet, nous pouvons trouver sur internet des courtiers en ligne qui proposent aux clients une simple mise en relation, sans les services d’accompagnement ni négociation, en donnant les barèmes classiques des banques. Cette mise en relation est donc rémunérée souvent par les banques qui octroient le crédit, à travers une commission qui adhère à un pourcentage du capital du crédit débloqué.

Certains courtiers peuvent recevoir des rémunérations de courtage payés par leurs clients. Ces rémunérations de courtage représentent le suivi du courtier pendant toute la recherche du meilleur crédit immobilier, et sont perçus que dans le cas de signature d’un prêt immobilier opté par l’intermédiaire du courtier. Nous pouvons donc énumérer deux types d’accompagnement :

  • L’accompagnement en réseau physique;
  • l’accompagnement à distance.

Les courtiers en agence offrent une prestation de proximité. C’est à dire, l’accompagnement proposé par le courtier prend compte depuis l’évaluation de l’enveloppe d’achat, le rendez-vous chez l’établissement bancaire et jusqu’à la signature notariée. Un pourcentage est donc assurée pour le courtier, par la banque en forme de commission prise du montant de prêt consenti. Il peut notamment toucher d’autres honoraires facturés au client au titre d’apporteur d’affaire.

Les honoraires sont généralement fixées aux alentours de 1500 à 2500 euros, même si le service d’accompagnement est généralement variables selon les courtiers.

Pour les courtiers qui exercent ce métier à distance, en misant toutes les technologies de pointe au besoin de leur métier. Les honoraires de ces derniers sont relativement moins chers de ce que nous pouvons trouver sur le marché.

A noter que certains courtiers se penchent beaucoup plus aux banquiers, dans l’optique où ils sont en mesure de convaincre les emprunteurs de s’engager pour des offres financières. L’emprunteur va donc offrir une réduction considérable du taux d’intérêt. Cela implique la signature d’une assurance prêt immobilier par la banque, une assurance multirisque habitation, ainsi que le transfert des comptes dans la banque prêteuse.